Skip to content

Pour la

santé des hommes

Nous mangeons des pesticides quotidiennement

x0%

des fruits non bio que nous mangeons contiennent des résidus de pesticides

Régime flexitarien, meilleur pour la santé

Le contenu de nos assiettes peut avoir un grave impact sur l’environnement mais également sur notre santé. Les fruits et légumes issus de l’agriculture conventionnelle contiennent des résidus de pesticides mauvais pour notre organisme. La surconsommation de viande est également liée au développement de certaines maladies humaines. Si cette viande provient d’élevages intensifs, l’utilisation excessive d’antibiotiques sur les animaux peut engendrer une antibiorésistance chez l’homme. 

Le danger des pesticides pour la santé

Etre flexitarien c’est aussi donner la priorité aux aliments issus des modes de production agroécologiques, où les engrais et pesticides de synthèse sont réduits ou proscrits (agriculture biologique par exemple). Au delà de leurs impacts sur notre environnement, bannir ces produits de notre alimentation est important pour notre santé. Le lien entre l’exposition aux pesticides et l’augmentation des risques de développement de pathologies est aujourd’hui avéré : les cas de malformations et de cancers se multiplient dans le monde agricole en premier lieu.
L’Inserm a mis en lumière depuis quelques années une nette augmentation des risques concernant les personnes exposées aux pesticides pour diverses pathologies : lymphomes, cancer de la prostate, cancer des testicules, maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, troubles du développement de l’enfant, etc.

Surconsommation de viande et risques pour la santé

Nous mangeons trop de viande et de poisson par rapport aux recommandations nutritionnelles. Cette surconsommation de viande a des conséquences directes sur notre santé : obésité, maladies cardio-vasculaires, cancers, diabète de type 2 etc. 
En réponse aux objectifs de productivité, la concentration des animaux dans des bâtiments d’élevage bondés a conduit à l’utilisation fréquente d’antibiotiques. En achetant ces produits carnés, les antibiotiques se retrouvent dans nos assiettes, augmentant ainsi le risque d’antibiorésistance chez l’homme. 

Bref, consommez moins de viande et de meilleure qualité car comme le disait cette fameuse campagne : “Les antibiotiques c’est pas automatique” !

x0

décès en France chaque année dus à l'antibiorésistance

Que fait le WWF pour soutenir l'alimentation durable ?

rapport - transition alimentaire

Ce rapport a été réalisé dans la continuité des deux volets de l’étude « Vers une alimentation bas carbone, saine et abordable » co-réalisés par le WWF France et Eco2 Initiative en 2017 et 2018 . Ces derniers ont démontré qu’une orientation de nos régimes alimentaires, vers une consommation plus végétale au détriment des protéines animales, permettait de réduire l’empreinte carbone de notre alimentation, de couvrir nos besoins nutritionnels et d’y introduire davantage de produits certifiés

France
flexitarien oceans

Objectif : Redonner aux consommateurs les clés pour une consommation durable et responsable, mieux connaître les espèces et proposer des recettes réalisées en collaboration avec des grands chefs européens.
Le réseau WWF a analysé les impacts des techniques de pêche, état des stocks et efficacité des mesures de gestions mises en place

France
projet wwf huile de palme

Démarré en 2015, le projet Sabah offre un accompagnement technique aux petits producteurs de la région du Sabah, au Nord-est de l'île de Bornéo. Cette accompagnement technique facilite l’obtention de la certification RSPO, garantissant la durabilité des méthodes de productions.
300 des 800 producteurs du Sabah sont aujourd’hui audités et certifiés. Plus le nombre de producteurs certifiés sera grand et plus il sera facile de créer une filière séparée permettant de donner à cette huile de palme durable une valeur ajoutée.

Malaisie
© WWF France

Démarré en 2013 ce projet fait la promotion de la production de soja responsable. Les actions menées sur les terrains ainsi que les ateliers techniques se tiennent dans le Mato-Grosso, troisième plus grand état Brésilien qui compte trois écosystèmes naturels très riches, la forêt tropicale amazonienne, la savane du Cerrado et la zone humide du Pantanal.
Dans le cadre de cette production de soja durable, nous soutenons la Table ronde pour le soja responsable (RTRS) qui permet de fournir une certification aux producteurs qui contribuent à la préservation de l’environnement et qui interdit toute conversion d’écosystème (forêts, savanes, prairies) pour la production du soja. Dans le Mato-grosso, la production de soja certifié RTRS couvre plus de 72 000 hectares.

Brésil

Aller plus loin

S'informer pour pouvoir agir

Inscrivez-vous à la newsletter WWF

En poursuivant la navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies en accord avec notre politique de protection de votre vie privée.