Skip to content

Pour les

forêts

Nous mangeons nos forêts

0%

de la déforestation mondiale est liée à la production agricole

Première cause de déforestation dans le monde : l’expansion agricole

Difficile de se figurer qu’en avalant un rumsteak ou en étalant de la pâte à tartiner sur du pain, on contribue à la déforestation et pourtant… L’expansion agricole liée à notre régime alimentaire est la première cause de déforestation dans le monde.

Déforestation et consommation de viande

Déforestation et soja

Dans des systèmes de production intensifs, les animaux ( volailles, porc, bovins) élevés en France ou à l’étranger, sont nourris aux fèves et tourteaux de soja. Les vertus nutritionnelles et le prix attractif de cette légumineuse (riche en protéines végétales) ont fait exploser sa demande au niveau mondial depuis une vingtaine d’années.
En France, la production de protéines végétales pour nourrir les animaux d’élevage est insuffisante. Chaque année, pour combler ce besoin, nous importons plus de 3,2 millions de tonnes de tourteaux de soja en provenance du Brésil, d’Argentine et des Etats-unis. La production de soja dans ces pays s’étend au dépens des écosystèmes naturels. A la perte de biodiversité sur ces surfaces vient s’ajouter un déstockage massif de CO2 directement imputable à la déforestation. Un européen consomme ainsi en moyenne 61 kg de soja par an de façon indirecte (ou “cachée”) par sa consommation de viande, de produits laitiers, ou d’œufs.

Déforestation et elevage

En Amérique latine et plus particulièrement au Brésil, l’expansion des pâturages pour l’élevage se fait au détriment de la forêt et de la savane. Cette viande produite est ensuite consommée localement mais aussi exportée dans le monde entier. L’élevage bovin est le premier moteur de la déforestation dans le Cerrado, immense savane qui couvre plus de 20% de la surface du Brésil. Au travers de l’élevage, qui participe à la conversion et la dégradation des écosystèmes naturels, nous mangeons, littéralement, nos forêts. Par ailleurs, pour éliminer la végétation naturelle, des feux sont parfois allumés. Associés à des conditions climatiques défavorables, ils peuvent donner lieux à des incendies gigantesques et incontrôlables. Les événements du mois d’août 2019 au Brésil en sont la tragique illustration.

 

Déforestation et huile de palme

L’huile de palme se trouve aujourd’hui dans la composition d’environ 80 % des produits alimentaires dans le monde : biscuits, pâte à tartiner, chips, chocolat, etc. Son usage ne s’arrête pas à nos casse-croûtes : dentifrices, lessives ou encore produits de maquillage en sont farcis ! Depuis les années 1990, la production de cette huile n’a cessé d’augmenter, notamment en Indonésie et Malaisie.

Aujourd’hui, ces pays produisent environ 90% de l’huile de palme mondiale. L’expansion qu’a connue cette culture les vingt dernières années s’est donc faite au dépens des forêts tropicales de l’Asie du Sud Est. Pour répondre à la demande toujours croissante en agrocarburants et en produits alimentaires ultra-transformés, des opérations de déforestation ont abouti à une monoculture intensive de palmiers à huile. Selon le Programme des Nations Unies, la quasi totalité (98%) de la surface forestière de l’Indonésie pourrait ainsi disparaître d’ici 2022. Une situation dramatique sur laquelle nous pouvons agir en devenant des consommateurs responsables. La conversion agroécologique des système d’élevage restera cependant une condition nécessaire. 

0%

de la forêt indonésienne pourrait avoir disparue d'ici 2022

Que fait le WWF pour soutenir l'alimentation durable ?

projet wwf huile de palme

Démarré en 2015, le projet Sabah offre un accompagnement technique aux petits producteurs de la région du Sabah, au Nord-est de l'île de Bornéo. Cette accompagnement technique facilite l’obtention de la certification RSPO, garantissant la durabilité des méthodes de productions.
300 des 800 producteurs du Sabah sont aujourd’hui audités et certifiés. Plus le nombre de producteurs certifiés sera grand et plus il sera facile de créer une filière séparée permettant de donner à cette huile de palme durable une valeur ajoutée.

Malaisie
© WWF France

Démarré en 2013 ce projet fait la promotion de la production de soja responsable. Les actions menées sur les terrains ainsi que les ateliers techniques se tiennent dans le Mato-Grosso, troisième plus grand état Brésilien qui compte trois écosystèmes naturels très riches, la forêt tropicale amazonienne, la savane du Cerrado et la zone humide du Pantanal.
Dans le cadre de cette production de soja durable, nous soutenons la Table ronde pour le soja responsable (RTRS) qui permet de fournir une certification aux producteurs qui contribuent à la préservation de l’environnement et qui interdit toute conversion d’écosystème (forêts, savanes, prairies) pour la production du soja. Dans le Mato-grosso, la production de soja certifié RTRS couvre plus de 72 000 hectares.

Brésil
flexitarien oceans

Objectif : Redonner aux consommateurs les clés pour une consommation durable et responsable, mieux connaître les espèces et proposer des recettes réalisées en collaboration avec des grands chefs européens.
Le réseau WWF a analysé les impacts des techniques de pêche, état des stocks et efficacité des mesures de gestions mises en place

France
rapport - transition alimentaire

Ce rapport a été réalisé dans la continuité des deux volets de l’étude « Vers une alimentation bas carbone, saine et abordable » co-réalisés par le WWF France et Eco2 Initiative en 2017[1] et 2018[2] . Ces derniers ont démontré qu’une orientation de nos régimes alimentaires, vers une consommation plus végétale au détriment des protéines animales, permettait de réduire l’empreinte carbone de notre alimentation, de couvrir nos besoins nutritionnels et d’y introduire davantage de produits certifiés

France

Aller plus loin

S'informer pour pouvoir agir

Inscrivez-vous à la newsletter WWF

En poursuivant la navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies en accord avec notre politique de protection de votre vie privée.