N'attendons pas qu'il devienne imaginaire

Cinq sur les six espèces de rhinocéros sont menacées de disparition. Leur corne qui leur permet de se défendre est devenue leur malédiction.

Ensemble, conservons le rhinocéros dans le monde réel

Faire un don, c’est agir aux côtés de WWF pour protéger les espèces menacées d’extinction et leur permettre d’évoluer librement dans leur écosystème.

Benoit Allemane  nous conte
Le dernier rhinocéros

N'attendons pas qu'il devienne imaginaire

N’attendons pas qu’il devienne imaginaire

Ensemble, conservons le rhinocéros dans le monde réel

Ensemble, conservons le rhinocéros dans le monde réel

Benoit Allemane nous conte Le dernier rhinocéros

Des cornes
qui valent de l’or

Braconnage


Essentiellement intéressés par leur corne, les principaux ennemis des rhinocéros sont les braconniers et les trafiquants, qui n’hésitent pas à utiliser des hélicoptères et autres technologies pour arriver à leurs fins. Autre menace pesant sur les animaux, la réduction de leur habitat. Les savanes et les forêts sont peu à peu remplacées par des cultures

 

METTONS FIN AU COMMERCE ILLEGAL

Malgré son interdiction, le commerce de corne et de viande ne cesse d’augmenter. En collaboration avec « TRAFFIC », WWF enquête sur le terrain pour identifier et démanteler les réseaux responsables du braconnage tout en réduisant la demande.

Perte d'habitat

L’agriculture remplaçant peu à peu savane et forêts, réduit chaque année un peu plus leur habitat.
Constructions de barrage, projets routiers et autres infrastructures humaines poussent les rhinocéros à vivre dans des zones isolées favorisant les risques de consanguinité, de maladie et leur vulnérabilité aux catastrophes naturelles.

PRÉSERVONS L’HABITAT DU RHINOCÉROS

Grâce à vos dons, le WWF restaure les populations de rhinocéros en gérant les aires protégées et en créant des corridors écologiques.

Tourisme non régulé

Pollution, multiplication des passages en zones
protégées, le tourisme non régulé est devenu une menace supplémentaire pour l’habitat du rhinocéros.

SOUTENONS UN TOURISME PLUS RESPONSABLE

Nous soutenons un tourisme basé sur l’observation de la faune sauvage et l’emploi de ressources renouvelables afin de financer les efforts de conservation et apporter aux communautés locales un revenu leur permettant de cohabiter avec la faune sauvage.

Des cornes
qui valent de l’or

Braconnage


Essentiellement intéressés par leur corne, les principaux ennemis des rhinocéros sont les braconniers et les trafiquants, qui n’hésitent pas à utiliser des hélicoptères et autres technologies pour arriver à leurs fins. Autre menace pesant sur les animaux, la réduction de leur habitat. Les savanes et les forêts sont peu à peu remplacées par des cultures

 

METTONS FIN AU BRACONNAGE

Perte d'habitat

L’agriculture remplaçant peu à peu savane et forêts, réduit chaque année un peu plus leur habitat.
Constructions de barrage, projets routiers et autres infrastructures humaines poussent les rhinocéros à vivre dans des zones isolées favorisant les risques de consanguinité, de maladie et leur vulnérabilité aux catastrophes naturelles.

PRÉSERVONS L’HABITAT DU RHINOCÉROS

Grâce à vos dons, le WWF restaure les populations de rhinocéros en gérant les aires protégées et en créant des corridors écologiques.

Face à ces menaces,
agissez avec le wwf pour préserver les rhinocéros.

 

Aujourd’hui, le WWF a plus que jamais besoin de vous pour l’aider à mener des actions de terrain afin de protéger les rhinocéros et sensibiliser le public.

 

écoutez :
le dernier rhinocéros

   Par Erik L’Homme, auteur,

Conté par Benoit Allemane, comédien

Le photographe marchait sur le sentier incertain qui serpentait au fin fond de la jungle. L’air était moite, il avait du mal à respirer. Le sac qu’il portait sur le dos lui sciait les épaules, et l’appareil photo autour du cou battait durement sa poitrine. Mais rien de tout cela n’avait d’importance. Seul comptait son objectif – sa quête : trouver le dernier rhinocéros vivant sur terre.

écoutez : le dernier rhinocéros

par Erik L’homme, conté par Benoit Allemane,
comédien


Le photographe marchait sur le sentier incertain qui serpentait au fin fond de la jungle. L’air était moite, il avait du mal à respirer. Le sac qu’il portait sur le dos lui sciait les épaules, et l’appareil photo autour du cou battait durement sa poitrine. Mais rien de tout cela n’avait d’importance. Seul comptait son objectif – sa quête : trouver le dernier rhinocéros vivant sur terre.

En 1800, il existait un million de rhinocéros dans la nature. En 2016, moins de trente mille. Et à l’époque du photographe, c’était fini. Mais la rumeur évoquait la survie, au plus profond de la forêt primaire de Bornéo, d’un ultime spécimen. Un dernier rhinocéros, dit de Sumatra, *Dicerorhinus sumatrensis*. Beaucoup de chasseurs s’étaient lancés sur sa piste puis avaient renoncé. Pas lui, pas le photographe. Il avait consacré sa vie à cette recherche aussi vaine qu’essentielle. Les éléphants avaient tous disparu, les tigres aussi, les ours polaires n’existaient plus et les dugongs avaient rejoint les sirènes dans la légende. Le photographe se disait que s’il y avait une chance, même infime, qu’un rhinocéros ait pu survivre, il n’avait pas le droit de passer à côté.

La piste que suivait le photographe s’enfonçait toujours plus loin dans l’épaisseur de la sylve. Est-ce qu’il mettait ses pas dans les empreintes en forme de trèfle du *Dicerorhinus* ? Il distinguait à peine le sol, car les rayons du soleil étaient arrêtés par des feuillages grands comme des voiles. Le photographe s’étonnait que tout soit silencieux, alors qu’avant, la forêt était remplie de froissements. Avant, avant les grands incendies et la déforestation enragée… C’était un vieil homme, un Bidayuh, qui lui avait parlé de ce chemin. Un secret partagé par les mourants. Car les peuples Bidayuh, les « habitants de la terre », étaient eux aussi avalés par la voracité et l’indifférence du monde.

Le photographe marchait, allait toujours plus avant dans la jungle.

Il pensait à son rhinocéros. Il trouvait fascinant qu’avec sa petite taille l’espèce de Sumatra soit si différente des autres, alors qu’avec sa fourrure elle était si proche du rhinocéros laineux de la préhistoire. Mais ces bêtes étaient toutes semblables par leurs cornes, qui n’étaient pas de l’os, juste de la kératine, comme les cheveux ou les ongles, ces cornes qui reliaient les rhinocéros au ciel, et à l’enfer aussi, puisque c’était pour elles, pour les fantasmes qu’ils y projetaient, que les hommes les avaient chassés.

Jusqu’au dernier.

Le sentier s’arrêta dans une clairière qui faisait une énorme tache de lumière parmi les arbres, pareils aux colonnes d’un temple. Au milieu, il y avait un squelette blanchi par le passage du temps. Le photographe ne comprit pas tout de suite qu’il avait atteint son but : c’était le dernier rhinocéros, venu mourir dans la quiétude de la forêt profonde. Un grand oiseau l’avait rejoint dans la mort, et les os de ses ailes déployées de part et d’autre de la bête cornue donnaient l’impression étrange qu’il s’agissait d’un même animal.

Le photographe prit un cliché, un seul, qui alimenterait pour des siècles d’interminables discussions sur ce que furent les rhinocéros.

Puis il tomba à genoux et se mit à pleurer.

agissez pour
conserver le rhinocéros dans le monde réel

80 €

Votre don ne vous coûte réellement que 27€ après déduction fiscale

100 €

Votre don ne vous coûte réellement que 34€ après déduction fiscale

120 €

Votre don ne vous coûte réellement que 41€ après déduction fiscale

#STOPEXTINCTION

#STOPEXTINCTION

Ensemble inversons la courbe de l’extinction de la faune sauvage dans le monde.

Nous suivre

66 % du montant de votre don au profit du WWF peut être déduit de votre impôt sur le revenu.
Le Fonds Mondial pour la Nature France, dit WWF France est une Fondation reconnue d’utilité publique.
Numéro d’enregistrement et SIREN : 302 518 667

© 2019 WWF – World Wide Fund For Nature © 1986 Panda Symbol WWF – World Wide Fund For Nature (formerly World Wildlife Fund)

®“WWF” is a WWF Registered Trademark

En poursuivant la navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies en accord avec notre politique de protection de votre vie privée.

Share This